Comment apprendre un langage alternatif : la stimulation du langage assisté

Avertissement : ce post est un peu long, mais il pose des bases très importantes dans un projet de mise en place de la communication alternative. Il permet d’expliciter une véritable “philosophie”, une approche de la communication dans sa globalité, au coeur du quotidien de l’enfant et au coeur de ce blog 🙂

La Stimulation du Langage Assisté

(en anglais, on parle d’Aided Language Stimulation ou AL Input ou encore AL Modeling…)

Lorsque notre enfant fait face à des besoins complexes en matière de communication et/ou est dans l’incapacité d’utiliser le langage oral pour s’exprimer, il est primordial de lui offrir d’autres moyens de s’exprimer que la parole.

Par quels moyens va-il pouvoir s’exprimer ? Dans le champ de la Communication Alternative et Augmentative (CAA), divers outils sont à disposition des parents et des enfants, en particulier les pictogrammes ou les signes. Les outils peuvent être light-tech (tableaux ou classeurs papiers) ou high-tech (applications sur ipad, synthèses vocales…) et peuvent être utilisés seuls ou conjointement.

On parle de communication multimodale, lorsque la personne n’ayant pas accès à la parole utilise toutes sortes de stratégies en fonction du message qu’elle veut délivrer : vocalisation, gestes naturels (oui, non de la tête, montrer de la main…), signes, pictos sur un classeur ou une synthèse vocale… Toutes ces formes de communication doivent être respectées et valorisées, car elles ne remplissent pas toujours les mêmes fonctions, ni ne sont efficaces au même moment.

En fonction des difficultés de notre enfant, nous parvenons à entrevoir quels types d’outils sont accessibles. Par contre, cela se complique lorsqu’on se demande comment apprendre à un enfant à utiliser cet outil ?

La Stimulation du Langage Assisté est une approche pour enseigner un langage alternatif. Elle consiste à désigner des pictogrammes tout en parlant à l’enfant, afin de stimuler son langage tout au long de la journée, dans diverses situations naturelles.

Le postulat de départ de cette approche est le suivant : les enfants avec besoins complexes en matière de communication apprennent le langage de la même façon que les enfants typiques : à travers des interactions naturelles, par immersion (le fameux bain de langage).

Depuis sa naissance, voire avant, on parle au bébé, en utilisant tous les mots de notre langue. Le bébé est immergé dans un bain de langage et c’est seulement après une petite année qu’il va lui-même se mettre à dire des mots. Le parent modélise pour lui de longs mois, au terme desquels l’enfant va s’exprimer lui-même.

Pour l’enfant sans langage oral, nous lui parlons, mais attendons de lui qu’il s’exprime avec un autre langage (pictogrammes, signes…). Gayle PORTER montre combien cela met en difficulté l’enfant ne pouvant s’exprimer qu’à travers un langage alternatif

input confusion

et elle nous invite à mettre en place un bain de langage adapté, parallèlement au langage oral :

input content

Pour mettre en place un bain de langage adapté, et offrir ainsi une Stimulation du langage assisté, plusieurs éléments sont à souligner :

– il va nous falloir suffisamment de vocabulaire pour dire ce que l’on a à dire, quand on le veut, et à qui l’on veut. De même qu’on n’utilise pas uniquement le mot “papa” ou “maman” avec notre bébé tant qu’il ne nous a pas prouvé qu’il pouvait lui-même dire “papa” ou “maman”, de même, on n’utilisera pas seulement 2 ou 3 pictogrammes avant que l’enfant n’ait prouvé qu’il pouvait les utiliser. Car c’est en nous voyant utiliser le langage que l’enfant apprend à l’utiliser lui-même. Le premier temps sera donc un temps “réceptif” où l’enfant apprend ce que veut dire tel ou tel mot et surtout, comment on utilise ce mot dans la vraie vie ! La modélisation d’un langage alternatif s’apparente alors un peu à l’apprentissage, pour nous, d’une nouvelle langue, et cela peut être un vrai challenge ! On adoptera donc une progression, pour ne pas se noyer dans le bain 🙂

– une autre conséquence de la stimulation du langage assisté, c’est qu’il nous faut un langage suffisamment riche pour dire ce que l’on veut, à qui l’ont veut, dans quelque situation que ce soit, et pour cela, il nous faut un (ou des) outils permettant de modéliser dans toute sorte de situtations de la vraie vie. Il nous faudra donc un système de langage robuste, complet, qui permettra d’exprimer toute sorte de messages : commenter, demander, exprimer son sentiment, son opinion, faire des blagues, raconter, etc etc.

Nous évoquerons dans un prochain post les outils qui sont à notre disposition pour mettre en place une Stimulation du Langage Assisté. En attendant, pour aller plus loin (en anglais !!) :

Un excellent powerpoint de Linda Burkhart : http://www.lburkhart.com/atia_algs_handout_1_10.pdf

Un powerpoint de la fabuleuse Kate Ahern : http://fr.slideshare.net/teechkidz/aided-language-stimulation?related=2

Un article très concret qui mériterait une traduction : http://praacticalaac.org/praactical/how-i-do-it-implementing-aided-language-input-with-alicia-garcia/

Une vidéo en anglais très intéressante : https://www.youtube.com/watch?v=FY2uHroQFTo

 

Mathilde