Hiérarchie des guidances en Communication Alternative

Cela fait un moment que nous n’avons pas publié sur le blog, le temps file !!!

Aujourd’hui, je vous propose la traduction d’un document que Kate Ahern nous a gentiment autorisé à partager en français. Il s’agit de stratégies de guidances qui peuvent être utilisées avec des personnes en train d’apprendre à utiliser un système de communication, et en particulier pour les personnes présentant une apraxie ou dyspraxie.
Les guidances, qui s’avèrent souvent nécessaires pour étayer l’apprentissage de la Communication Alternative, peuvent être plus ou moins intrusives selon leur nature. Elles sont également, par conséquent, plus ou moins difficiles à estomper une fois qu’on y a recours. Si l’on ajoute à cela les problématiques de coordination motrice, de contrôle des mouvements – notamment volontaires – parfois troublés, il est intéressant de trouver-là des pistes d’intervention facilitatrices et respectueuses.

Restons attentif sur les types de guidances que l’on emploie, car l’objectif doit toujours être de permettre à la personne de progresser sur le chemin de l’autonomie en communication.

Kate Ahern, dans ce document, a choisi de mettre en avant une hiérarchie dans laquelle la guidance physique est absente. En effet, la guidance physique est particulièrement intrusive et ne favorise pas l’émergence d’une expression indépendante. Par exemple, dans les échanges anglo-saxons autour de la CAA, la guidance « main sur la main » pour apprendre à pointer soulève souvent de vives discussions, notamment pour les enfants ayant des troubles de l’intégration sensorielle (la sensation de nos mains, à ce moment, parasite souvent la tâche cognitive qu’on essaie d’enseigner), des troubles de la coordination des mouvements (surtout s’ils sentent une attente forte voire une pression pour qu’ils utilisent l’outil). Les mains du partenaire cachent aussi souvent ce que l’enfant est censé voir… D’autres stratégies moins invasives peuvent être préférées (« main SOUS la main », impulsion sur le coude/bras pour amorcer le mouvement, sans le diriger, ou même un signal lumineux dirigé sur la main pour inciter au pointage… ) mais avant tout, celles présentées dans le document de Kate que je vous laisse découvrir.

Capture d’écran 2017-05-05 à 21.42.33

 

Mathilde